Tintin à Cuba !

Dossier ~ mardi 6 janvier 2015 ~ 1 commentaire

Caramba Tintin
Hasta la victoria siempre !

Tintin et les Picaros

C’est en vue d’une amélioration des liens diplomatiques entre leurs deux pays, que le président des États-Unis, Barack Obama, et celui de Cuba, Raúl Castro, ont décidé de se rencontrer prochainement, courant janvier 2015. Après plus de 50 ans de relation conflictuelle et d’embargo, les deux chefs d’État parlent de réconciliation. Barack Obama n’exclut pas un possible voyage vers « la Perle des Caraïbes » pour officialiser ce rapprochement historique.

Cuba
Cuba
Malecon
Ancien palais - Musée de la Révolution
Place de la Révolution
Hotel Nacional de Cuba
Hotel Habana Libre

Mais Cuba, ce n’est pas que « la Baie des Cochons », les fumeurs de Havane et la dictature castriste. Sa culture n’est pas très éloignée des nombreux pays d’Amérique du Sud, sous-continent mis à l’honneur, de nombreuses fois, par Hergé dans son œuvre.

Dans ses aventures, Tintin a l’occasion de rencontrer des indigènes de la forêt amazonienne, de voir des favelas, de revêtir le poncho et de gouter au « stoumpô » local. Dans L’Oreille cassée ou encore Tintin et les Picaros, Hergé mélange, de façon subtile, les différentes cultures du continent américain et des Caraïbes pour faire évoluer son héros de papier dans un univers homogène. Ces différentes associations hétéroclites, ont permis de créer le San Théodoros, un pays imaginaire d’Amérique latine, déchiré entre deux généraux : Alcazar et Tapioca. À lui seul, ce pays résume les espoirs, les déceptions et les contradictions des mouvements révolutionnaires qui ont marqué le continent américain, entre autres, Cuba.

Tintin et les Picaros

Même si Tintin ne s’est jamais rendu sur la plus grande île des Antilles, on ne peut pas nier que de nombreuses références dans Tintin et les Picaros nous font penser à Cuba. Dans la dernière aventure du célèbre reporter, les barbes et les moustaches, les dictateurs, le palais, le jeu des militaires, la révolution, les putschs, la guérilla, les ventes d'armes, les trafics en tout genre,…nous ramènent de façon récurrente à Fidel Castro, aux guérilleros et à cette île à l’environnement paradisiaque.

Fidel Castro
Guérilleros

D’ailleurs, Alcazar s'est glissé dans la peau du dictateur cubain ! Et son coup d'État contre le général Tapioca ressemble étrangement à la tentative avortée de Castro en 1953 quand il tenta de prendre le contrôle de la caserne de Moncada lors d’une nuit de carnaval.

Tintin et les Picaros

La pilosité omniprésente dans cet album, nous renvoie aussi à Fidel Castro et à l’un de ses serments : « Je me laisserais pousser la barbe jusqu’à ce que les troupes révolutionnaires libèrent Cuba ». Ces troupes révolutionnaires s’appelaient justement les « barbudos » c'est-à-dire « les barbus ». Un surnom qui nous fait penser au titre original qu’Hergé souhaitait donner à cet ulltime album : « Tintin et les Bigotudos » c'est-à-dire « Tintin et les Moustachus ».

Tintin et les Picaros

Espérons que ce rapprochement annoncé contribuera progressivement à vaincre les animosités du passé et que le grand gagnant de cette main tendue soit le peuple cubain !

Vos contributions (1) Contribuer
clem9dimanche 3 mai 2015 à 17:15
wow!trop jolie!on dirait pour de vrai!
+1
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK