CBBD, complément d’information

Actualité ~ jeudi 12 septembre 2019 ~ 12 commentaires

Plusieurs articles ont été récemment publiés dans la presse à propos de l’illustration réalisée pour les 30 ans du Musée de la Bande Dessinée (CBBD) qui reprenait la fameuse fusée créée par Hergé.

Le Figaro : Moulinsart baillonne les hommages à Tintin
Le Monde : La fusée de Tintin retirée d'une affiche
Actua-BD : Moulinsart fait plier le CBBD

Afin de compléter l’information sur cette question, il est bon de rappeler que Moulinsart n’a de cesse, au cours de cette année, de s’impliquer dans des projets qui commémorent le cinquantième anniversaire du premier pas sur la Lune au travers d’expositions, d’événements et d’une série de documentaires courts Tintin Moonwalker réalisés avec la collaboration de partenaires suisses - SwissApollo et Titan Film - et la participation de protagonistes aussi prestigieux que Charles Duke et Bertrand Piccard.

En outre, rappelons que le CBBD a plusieurs fois bénéficié de dons et du soutien de Moulinsart – qui participe toujours par ailleurs à l'espace d’exposition consacré à Hergé au sein du CBBD.

Dans un tel contexte, il est regrettable que, pour cette illustration, le CBBD n’ait pas jugé utile de consulter Moulinsart.
Cette dernière aurait pu expliquer qu'elle ne pouvait cautionner que, sous le coup de crayon de Monsieur Lepage, la fusée mythique dessinée par Hergé devînt une sorte de missile lancé sur le Marion-Dufresne (voir ou lire l'album Voyage aux îles de la Désolation, Futuropolis).

Il faut également rappeler que l’œuvre d’Hergé est protégée par le droit d’auteur et n’est pas, à ce jour, entrée dans le domaine public.

Vos contributions (12) Contribuer
zarathoustrajeudi 10 octobre 2019 à 12:53
Les plus "anciens" d'entre vous se souviennent sans doute des merveilleuses journées tintinophiles de Chabeuil.
En 2003, une très belle fusée d'inspiration hergéenne fut érigée au milieu d'un rond-point.
Bravant les menaces de Moulinsart SA (21 août 2008) et les marques du temps, la fusée vient d'être remise à neuf.

Preuve qu'on peut tenir tête aux requins de Moulinsart !

https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/chabeuil-la-fusee-de-tintin-est-comme-neuve-1570615335

https://www.ledauphine.com/ardeche/2011/10/26/une-fusee-qui-a-bien-failli-decoller
+1
websamedi 21 septembre 2019 à 09:24
Soyons aussi un peu honnête. Sur la première version de l'affiche (à voir sur le site du Figaro en lien dans l'article) la fusée était très mal dessinée, et selon moi, il s'agissait davantage d'une facilité de l'illustrateur que d'un hommage à Hergé. Si vous voulez promouvoir un événement autour de la BD il est en effet très (trop !) facile de se contenter de reproduire la fusée de Tournesol. C'est un raccourci bien pratique et finalement peu original pour faire passer le message.

On peut parfois reprocher à Moulinsart de sur-protéger l'œuvre d'Hergé, mais pour le coup je trouve qu'ici c'est vraiment justifié.

La seconde version de l'affiche est finalement plus travaillée et mieux réussie graphiquement je trouve.
+2
zarathoustravendredi 20 septembre 2019 à 11:51
 
Le plus redoutable des adversaires de Tintin, c'est Nick Rodwell !

« Si Tintin est mis en quarantaine pour en faire une marque chic, il va s'assécher, se racornir, se fossiliser, et plus grave encore, perdre son âme d'enfant. »

Voir l'article dans focus.levif.be :

https://focus.levif.be/culture/livres-bd/l-edito-touche-pas-a-mon-tintin/article-opinion-1192203.html
+4
zarathoustramercredi 18 septembre 2019 à 19:43
Tintin marche sur la Lune et Moulinsart sur la tête

Les ayants droit d'Hergé font feu de tout bois pour protéger l'œuvre du dessinateur.
Mais avec un zèle qui frise l'acharnement contre-productif...

« Ce doit être amusant, de travailler au service juridique de Moulinsart SA, la société qui gère les droits sur l'œuvre d'Hergé.
Le job consiste, sous prétexte de protéger cette dernière, à pourrir la vie des amoureux de Tintin dans le monde entier, en faisant preuve d'aussi peu de discernement que possible.
Le moindre hommage admiratif au petit reporter, la moindre citation d'une réplique, le moindre détournement de vignette, le moindre début de houppette donnent lieu, de la part de ces as du procès, à des courriers comminatoires et autres dépôts de plaintes.

Les derniers à en avoir fait les frais sont, ces jours-ci, le dessinateur Emmanuel Lepage et l'artiste Georg Barber, connu sous le nom d'Atak. […] »

Lire la suite de l'article sur lepoint.fr :

https://www.lepoint.fr/invites-du-point/quiriny-tintin-marche-sur-la-lune-et-moulinsart-sur-la-tete-13-09-2019-2335565_420.php
+1
novembrelundi 16 septembre 2019 à 14:28
@zara
Merci d'avoir extrait Alphonse Karr du formol… Et souhaitons que les messagers de Moulinsart puissent faire preuve de courtoisie et d'humour. Quoi que…
+1
zarathoustralundi 16 septembre 2019 à 10:52
@ novembre

Pour paraphraser Alphonse Karr — qui disait « Abolissons la peine de mort, mais que messieurs les assassins commencent » —, « Évoquons les mises en demeure avec humour, mais que Rodwell commence ».

@ boum

Rodwell est assez malin (qualificatif circonstancié) pour ne pas oublier de saupoudrer ses réprimandes d'un zeste de "philanthropie" (marchande) et d'un soupçon de "mécénat" (intéressé).
Quant à ses collaborateurs (mot délicat à employer quand on évoque le monde d'Hergé), certains d'entre eux passent tant de temps à traquer les "vilains" qu'ils en oublient la magie du nom de la société qui les emploie : « MOULINSART », paisible village du Brabant européen.
+1
novembrelundi 16 septembre 2019 à 10:15
Et si on parlait un peu d'Hergé… Il était très courtois dans ses échanges de courrier, tant avec ses lecteurs qu'avec son éditeur. Et plein d'humour.
+1
boumsamedi 14 septembre 2019 à 15:57
Ainsi parle Zarathoustra : certains intellectuels belges annonçaient déjà la mort de Tintin dans les années 90 à cause de Nick Rodwell ! Si ce que vous dites est vrai il gèrerait Tintin de son transat sous le parasol sans Musée sans une société qui occupe une centaine de collaborateurs belges etc... quand on soutient une thèse il faut qu’elle repose sur des faits !
+2
boumsamedi 14 septembre 2019 à 15:51
Article sur France Culture : https://www.franceculture.fr/theme/bande-dessinee/tintin-au-pays-des-mises-en-demeure
+2
zarathoustravendredi 13 septembre 2019 à 13:13
Les interventions de Moulinsart SA s'expliquent autrement que pour des motifs "artistiques" : les enjeux financiers de Nick Rodwell entrent d'abord en ligne de compte.
On ne saurait comprendre autrement les interdictions et autres menaces à l'encontre de plus en plus d'initiatives créatives et innovantes.
L'image de Tintin, déjà vieillotte pour beaucoup, risque de bientôt finir dans le formol !
+3
boumvendredi 13 septembre 2019 à 13:04
Merci Jacques pour ton intervention! la relativité des choses surgit souvent entre une vision in abstracto et in concreto ...et comme dans toute relation les préliminaires sont primordiaux, le tact, le respect de l'autre autant d'ingrédients qui font que la vie peut être belle et réjouissante.
+3
langloisvendredi 13 septembre 2019 à 10:42
Soit !
Ce communiqué a au moins le mérite d'exister. Sans doute, en effet, la Direction du CBBD a t'elle été maladroite en ne sollicitant pas l'accord de Moulinsart avant d'éditer son affiche.
La vigilance des juristes à l'égard d'une oeuvre protégée est une bonne chose.
Mais il faut aussi veiller à ce que cette vigilance s'exerce avec doigté et parcimonie.
Car, quand les oukases et les interdictions se succèdent et deviennent plus visibles dans les médias que les actions de promotion, on peut légitimement craindre que ce juridisme vétilleux ne desserve - au lieu de la protéger - l'image de l'oeuvre et de son créateur auprès du grand public, qui ne comprend goutte à ces débats.
Amicalement
Jacques Langlois
+7
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK