Rascar Capac, saison 1 - EPISODE 2

Actualité ~ mardi 6 juin 2017 ~ 1 commentaire

En cette année 2017, les Musées royaux d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire réveillent leurs momies précolombiennes pour leur redonner un passé. L’une d’entre-elles attire l’attention puisqu’elle a inspiré en partie Hergé pour les traits de Rascar Capac, « Celui-qui-déchaîne-le-feu-du-ciel ».

Depuis 175 ans, huit momies, ou fragments de momies, venues tout droit d’Amérique du Sud, attendent sagement qu’on reconstitue leur histoire. Un projet devenu réalité ! À la tête de cette entreprise : le docteur Serge Lemaitre, conservateur des MRAH, et Caroline Tilleux, chercheuse et doctorante en archéologie. Une équipe complétée par le docteur Caroline Polet, anthropologue, le docteur Emmanuel Coche, chef de Service d’imagerie médicale de la clinique universitaire de St-Luc, le docteur Étienne Danse, radiologue et de Jean-Philippe Hastir, infirmier dans le Service d’imagerie médicale des Cliniques universitaires Saint-Luc. Entouré donc d’une équipe pluridisciplinaire, le docteur Serge Lemaitre et Caroline Tilleux réalisent des scans, des datations, des prélèvements de cheveux et des analyses des objets associés… afin de comprendre d’où viennent ces momies qui nous intriguent tant.

Les premières analyses

Récemment, les chercheurs n’ont pas eu peur de troubler le sommeil éternel de « Celui-qui-déchaîne-le-feu-du-ciel » pour le faire passer au CT-scan : une technique d’imagerie médicale qui consiste à mesurer l’absorption des rayons X par les tissus puis par traitement informatique, à numériser et reconstruire des images 2D ou 3D des structures anatomiques. Les experts nous expliquent : « Ce CT-scan, non invasif, car non destructeur, est le moyen le plus adéquat pour obtenir une carte visuelle complète de chaque individu. En effet, il permet l’examen approfondi des restes humains momifiés sans nuire à leur intégrité. Cela s’applique d’autant plus pour les corps contenus dans les ballots funéraires. Par ailleurs, les images obtenues après un tel examen seront au service de notre recherche et des publics. La visualisation 3D offrira un déshabillage virtuel permettant aux publics de découvrir ce qui se cache sous les couches textiles. Ce sera également l’occasion de préparer les examens physico-chimiques. Le choix d’analyses plus spécifiques et les endroits de prélèvement seront donc déterminés notamment par ces premiers résultats. »

Du régime alimentaire à la prise de psychotropes, en passant par leur état de santé et la raison de leur décès, tout sera analysé pour rendre à ces momies leur passé, leur histoire. Nous pourrons ainsi partager avec tous les lecteurs de Tintin des informations précieuses sur le vécu et l’anamnèse de Rascar !! Un feuilleton web trépidant entre thriller et Gossip Mummy!

Un vision plus large

Ce projet permettra également de mettre en lumière une réflexion portée sur l’éthique et la déontologie. Des questions comme : « Quelle est la place des vestiges humains dans nos collections belges ? », « Comment le public les appréhende-t-il ? », « Quels sont les choix scientifiques et moraux quant à leur présentation ? » seront au cœur d’une réflexion plus étendue.

Le réveil de ces momies précolombiennes est un moment important pour les Musées Royaux d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire de Bruxelles. Ces dernières sont désormais promises à compléter les rangs des biens culturels et patrimoniaux que compte la Belgique.

Il ne reste plus qu’à souhaiter que Rascar Capac ne surgisse pas à nouveau des profondeurs de l’histoire pour briser ses boules de cristal et ainsi plonger, à leur tour, ces nouveaux explorateurs dans un sommeil profond !

TOUS LES EPISODES RASCAR CAPAC

Voir épisode 1
Voir épisode 3
Voir épisode 4

Vos contributions (1) Contribuer
bouzouksmardi 13 juin 2017 à 17:43
pas de contribution ? "c'est là qu'est... l'os"...
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK