Tintin et le Thermozéro : Après le débat à Angoulême, pourquoi ne pas se replonger dans cette aventure méconnue !

Dossier ~ lundi 10 février 2014 ~ 14 commentaires

Un journal pour se réchauffer le cœur même si ce mois de janvier a été assez clément, c’est ce que nous vous proposons. Avec un petit bonus : quelques pages jamais publiées de Tintin et le Thermozéro, l’aventure de Tintin qui ne vit pas le jour. Après la fête de la Chandeleur (festa candelarum 40 jours après la Noël), moment de purification et célébration du rallongement des jours, levons à nouveau le voile sur ce récit mystérieux suite aux rumeurs les plus folles qui se sont mises à circuler !

Titre de l'article de Daniel Couvreur L’Affaire Tintin et le Thermozéro dans Le Soir du 3 février 2014).

Un album inconnu ?

1960. Hergé a terminé Tintin au Tibet. Il veut relancer ses héros dans de nouvelles aventures. Les projets ne manquent pas : une nouvelle pièce de théâtre (il y en a déjà eu deux autres, en 1940 et 1941), proposée par le comédien Olivier Hussenot ; des dessins animés, faisant suite à une première série impliquant l’Américain Larry Harmon. Hergé envoie même la collection de ses albums à Jackie Kennedy, dont le mari, John, est entré en fonction, le 1er janvier, en tant que Président des États-Unis.

Mais côté inspiration, cela cale. Avec Tintin au Tibet, Hergé a démontré que l’on peut monter un scénario sans intrigue traditionnelle : pas d’espions, pas de malfaiteurs, pas de Rastapopoulos, même pas de Dupond(t) !

C’est dans ce contexte qu’Hergé se tourne vers Michel Greg et lui demande de penser à une nouvelle aventure de Tintin.

Qui est Michel Greg ?

Greg (de son vrai nom, Michel Régnier) fut un des scénaristes les plus prolifiques de l’âge d’or de la BD franco-belge. Il était né à Ixelles (dans la région de Bruxelles), le 5 mai 1931. Il disparut en 1999 (25 octobre). Il n’avait que 16 ans quand il publia sa première série dessinée dans un quotidien liégeois, la ville où il habitait à ce moment-là. Mais c’est sa rencontre avec Franquin, en 1949 qui se révèle déterminante.

Michel Greg

Sous divers pseudonymes (Michel Denys, Miky, Louis-Albert…), il va se faire connaître dans les rédactions des journaux Héroïc-Albums, Spirou, Tintin. Franquin le fera travailler pour sa série Modeste et Pompon, puis pour des aventures de Spirou et Fantasio (Le Prisonnier du Bouddha, Z comme Zorglub…).

Héroïc-Albums

Sa création la plus célèbre reste Achille Talon, créé en 1964. Les monologues de ce personnage satisfait de lui-même font les délices des lecteurs du journal Pilote.

De 1965 à 1973, Greg sera rédacteur en chef du journal Tintin. On se doute donc que sa relation avec Hergé n’est pas anodine. Du reste, Greg a supervisé les dessins animés Tintin, produits par Belvision, la branche « dessins animés » des Éditions du Lombard, qui publient le journal Tintin.

Michel Greg, ce géant de la BD européenne est décédé, le 29 octobre 1999 à l'âge de 68 ans.

Qu’est-ce que le Thermozéro ?

Tout part d’un article du magazine Marie-France, paru en 1957. Sous la plume du journaliste Philippe Labro est révélé le cas d’une famille américaine qui devient radioactive après avoir ingurgité une pilule inconnue.

En réalité, ces braves citoyens US étaient devenus, à leur insu, des cobayes d’expériences menées par l’armée en ces années-là. Lorsque le scandale éclata, tout fut entrepris pour l’étouffer (ce qui arriva) et… réserver ces expériences malvenues aux prisonniers. Nombre de ces derniers sont morts à cause de traitements inappropriés et interdits par la loi !

Hergé fut très impressionné par cette mésaventure. Dans ses notes, on a retrouvé : « Un flacon (ou tout autre objet) contenant un produit mortel (pilules atomiques ? Voir Marie-France) a été emporté (par erreur) par quelqu’un. Tintin poursuivra le bonhomme et le rejoindra au moment où le produit en question allait commencer ses ravages ».

Mais Hergé est débordé, et il ne parvient pas à développer cette idée de départ. Il confie à Greg le soin d’élaborer une nouvelle aventure. Les pilules atomiques céderont la place à un composé chimique, le Zero Heater, nom anglais comme on les aimait à l’époque. Hergé lui préfère sa traduction à consonance française : Thermozéro.

Pourquoi n’y eut-il pas Tintin et le Thermozéro ?

Greg présente un résumé en 15 pages. C’est de la pure aventure ! Poursuites en Italie, en Suisse et en Allemagne. Toute l’affaire devrait se résoudre à Berlin.

Il faut savoir qu’en 1960, l’Allemagne est encore divisée en deux pays : l’Allemagne de l’Ouest (République Fédérale Allemande – RFA) et l’Allemagne de l’Est (République Démocratique Allemande – RDA). Berlin se dresse au cœur de la RDA, mais est administrée par quatre pays : les États-Unis, l’Union soviétique, la France et la Grande-Bretagne. Inutile de préciser que la future capitale de l’Allemagne réunifiée est un nid d’espions et d’aventuriers !

Dans ce synopsis très hitchcockien, Tintin, témoin d’un accident, est « impliqué » à son insu dans une affaire digne de la guerre froide et devient la cible de dangereux espions.

Aussi palpitant paraisse le scénario de Greg, autant Hergé s’y sent mal à l’aise. Il se dit « coincé » par les options du scénariste ; il sent brider sa liberté d’imagination. Est-ce à ce moment-là qu’il prend conscience que « Tintin, c’est moi » et que personne d’autre ne pourra poursuivre son œuvre ?

Alors qu’un scénario presque complet voit le jour et que huit planches sont élaborées au crayon, Hergé commence à prendre des notes pour ce qui deviendra Les Bijoux de la Castafiore.

Le Thermozéro a fait l'objet de 4 projets de découpage successifs conservés dans les archives des Studios Hergé. Le plus abouti ne dépassera pas 43 pages (un album de Tintin en faisant 62).

Huit pages historiques !

L’avis est unanime…les huit crayonnés de la main d’Hergé sont admirables de qualité !

Beaucoup se sont essayés à suivre le chemin du maître et s’approprier une suite à cette aventure inachevée. Reste une question brûlante, voire « thermique », est-ce que cette œuvre restera figée à jamais ou servira-t-elle, au contraire, de point de départ à cette discussion purement virtuelle d’une « affaire Tintin » ! Le débat de haut niveau organisé récemment au Festival international de la Bande Dessinée à Angoulême a montré à quel point le sujet passionne encore le public et continue de susciter des commentaires en sens très divers. Mais une chose est sûre : l’œuvre d’Hergé, prolongée ou non, est décidément d’actualité ; tout cela, 85 ans après la naissance de Tintin, 38 ans après la sortie de Tintin et les Picaros et 31 ans après la disparition de son créateur !

Crayonnées Thermozéro
Crayonnées Thermozéro
Crayonnées Thermozéro
Vos contributions (14) Contribuer
ivannalundi 20 février 2017 à 00:39
Ce serait intéressant d'avoir un ouvrage comme l'alph-art pour nous en parler, en tout cas merci pour cet article. :)
franco31lundi 3 mars 2014 à 15:53
Je suis très enthousiaste quant à la nouvelle. J'avais cru lire aussi que le scenario était antérieur à "Tintin Au Tibet" et qu'il était trop proche de 'L'affaire tournesol" .... d'où son abandon par Hergé, peu enthousiaste.
C'est en effet la même situation que L'alph Art : une histoire inachevée.... et qui contient de plus de très beaux dessins et crayonnés : donc il faudrait absolument que cela soit publié à mon sens.
Quant à donner cette aventure à une nouvelle équipe de dessinateurs, pourquoi pas ? Tintin doit continuer à vivre et aujourd'hui, il est condamné à l'oubli à plus ou moins long terme. Aujourd'hui je ne crois pas que les jeunes lecteurs puissent trouver une modernité à un personnage ayant vécu un autre siècle. Seul demeure des nostalgiques d'une époque passée (dont je fais partie). C'est sauver Tintin à mon sens que donner ce scénario à une nouvelle équipe de dessinateurs qui devrait travailler dans un style proche de la ligne claire.
+2
nicnolsamedi 22 février 2014 à 11:27
Un exemple d'ECHEC de reprise (en forme de continuation) : Michel Vaillant !!! Et pourtant c'est assuré par ... Philippe Graton, le fils de Jean Graton ... Mais ... ce n'est VRAIMENT PLUS le Michel Vaillant originel et "classique" (et ne parlons pas des dessins !!!) !!!

A cet égard, il convient de noter que, parti de l'époque de Fangio puis de Jim Clark, il est devenu VRAIMENT RIDICULE de trouver un Michel Vaillant, TOUJOURS trentenaire, se frottant, CINQUANTE ANS après à ... Michaël Schumacher !!! Voilà où mènent et se situent les limites "temporelles" de la bande dessinée !!! Ainsi, entre autres exemples, en est-il AUSSI, dans la littérature de fiction, de la "reprise" de"Bob Morane" (en dépit de l'acceptation de l'auteur - Henri Vernes - qui, dans une interview assurait "s'en foutre") ... Ainsi en a-t-il été du "Club des Cinq" repris par Claude Voilier au cours des années '70 et '80 à suite de la mort d'Enid Blyton (1968) ... Ainsi en serait-il de ... "Les Malheurs de Sophie" (1858) transposés (on peut TOUT imaginer !) à l'ère "féministe" !!!

Ainsi en serait-il AUSSI avec un Tintin "adapté" (et "s'adaptant") à "l'ère numérique" ... Et cela sera de plus en plus ... abracadabrantesque au fur et à mesure que l'on s'avancera vers ... l'an 3000 !!!
cueffejeudi 13 février 2014 à 22:50
Un tintin qui se situerait à notre époque serait-il anachronique ? Qu'est ce qui a changé ? …
Le château de Moulinsart est intemporel - on notera simplement que Haddock s'est débarrassé de la télé blanche à tube cathodique des années 70 du salon au profit d'un grand écran plat... La Castafiore interprète toujours Verdi, Rossini, Puccini, et Gouni, euh Gounod, et tutti quanti, en Corée et à Cuba… Tournesol imagine de nouveaux gadgets électroniques abracadabrantesques… Tintin a délaissé le jean pour retrouver l'aisance confortable des culottes de golf... dont il va certainement relancer la mode (http://ledandymasque.com/manifeste-retour-du-knickers/). Les D&D ont achetés des lunettes noires et se prennent pour les men in black...
Et les terrains d'aventures, les tords à redresser, les injustices à réparer ne manquent pas.
Non, décidément tout est prêt pour accueillir un nouvelle aventure de Tintin. On n'attend que ça !
+5
zmylpat007mercredi 12 février 2014 à 19:37
Un exemple, Langlois ?
(De toute façon, à mon avis, on ne devrait pas reprendre "Tintin" non pas pour obéir à de quelconques déclarations d'Hergé, mais parce que c'est une série personnelle, autobiographique.)
langloismercredi 12 février 2014 à 17:56
Pas d'accord cette fois, zmylpat: pour moi, elles le sont et affirmées à plusieurs reprises!
+2
zmylpat007mercredi 12 février 2014 à 17:43
Comme il a été dit au début du débat, les dernières volontés d'Hergé ne sont pas si claires que ça !
+1
analphabetemercredi 12 février 2014 à 16:26
Je suis d'accord avec nicnol. J'estime que la " Société Moulinsart " doit considérer les dernières volontés d' Hergé!
nicnolmardi 11 février 2014 à 13:10
S'agissant de nouveaux Tintin paraissant après 2054, j'estime que la Loi devrait être adaptée au "cas par cas ... Hergé a clairement exprimé sa volonté qu'il n'y ait plus de Tintin après sa mort ... Cette volonté, c'est comme un authentique "Acte de Dernières Volontés" exprimées par Testament !!! Dès lors, quand "Tintin", échappant à la "Société Moulinsart" (ou ce qu'elle sera devenue dans 50 ans) entrera "dans le domaine public", la Loi devrait assurer la perpétuation de cette Interdiction ET ... sévir à l'encontre de tout qui la viole ... Si talentueux que puissent être les "repreneurs", les "nouveaux" Astérix (à l'exception de ceux que Uderzo, co-auteur, a composé après la mort de Gosciny), Black et Mortimer et CIe n'atteindront JAMAIS la dimension de l'esprit de LEURS créateurs !!!

Pour "Tintin au Pays des Soviets", coloré ou pas, je trouve regrettable que la "Société Moulinsart" l'ait finalement considéré comme le Tintin numéro 1 ... Ce, attendu le fait qu'Hergé n'y a plus jamais travaillé, qu'il ne l'a pas réduit en un album "classique" de 64 pages et ... de son extrême médiocrité !!! C'est mon avis en tout cas ...

En ce qui concerne les oeuvres inachevées de Hergé (Le "Thermozéro", "Un jour d'hiver dans un aéroport" - qu'en est-il réellement à ce propos ? - ET "L'Alph Art"), je continue à estimer que la Société Moulinsart devrait ENFIN se décider à publier les diverses ébauches et esquisses dans un état "achevé", c'est-à-dire en présentation classique d'albums colorés ... jusqu'au point où Hergé les a mené ...
zmylpat007lundi 10 février 2014 à 20:13
Les Chinois ont découvert "Tintin" comme s'il s'agissait d'une BD actuelle !
Et je pense qu'une variation sur "Tintin" n'intéresserait pas que les tintinophiles. La preuve, les hors-série cartonnent au niveau des ventes alors qu'ils ne sont peut-être pas vraiment lus.
Mais dans l'ensemble, toujours ok avec Langlois !
+1
langloislundi 10 février 2014 à 19:19
Deux ou trois remarques, ami zmylpat:
- quand j'écris que ce "Thermozéro" serait une fausse bonne idée pour un "nouveau" Tintin, je ne suggère pas pour autant de partir plutôt d'un scénario original puisque, comme beaucoup (et si j'ose, comme Hergé), je reste hostile à toute idée de prolongation de l'oeuvre sous cette forme!
- il y a une grande différence entre Indiana Jones et Tintin: le premier est un archéologue dans la force de l'âge dans les années 40-50 (il importe peu à cet égard qu'il ait été inventé dans les années 80); Tintin en revanche est un reporter vivant des aventures contemporaines aux grands événements du XXè siècle. Hergé ne l'a pas confiné à une époque et l'a fait évoluer dans un monde en mouvement; même si physiquement il ne vieillit pas, le décor (les voitures, avions, bateaux,....) et le contexte montrent que la Russie des Soviets est celle de 29-30, comme il est clair que "Les Bijoux" se déroulent au début des années 60 et les "Picaros" à la fin de celles-ci et au début des 70'... C'est pourquoi je considère que si nouveau Tintin- ce qu'à Fanny ne plaise...- il devait y avoir, le scénario devrait situer l'intrigue à l'époque où cet album serait conçu, comme u nouveau "reportage";
- évidemment qu'un album reprenant les ébauches d'histoires inabouties serait intéressant , de même qu'une variation sur le mode "Spirou" revu par Emile Bravo serait bienvenu... Mais on toucherait forcément un public de connaisseurs plus limité.
L'objet réel du débat récemment ouvert n'est évidemment pas là...
+3
zmylpat007lundi 10 février 2014 à 16:01
J'allais réagir comme Jacques.

Benoît Peeters ou je ne sais plus qui d'autre a suggéré, pendant le débat, de retravailler, pourquoi pas, "Le Thermozéro", et on a immédiatement lu dans la presse qu'il était fortement probable qu'il soit édité prochainement. Beau raccourci ! Jusqu'à preuve du contraire, il n'en est pas question chez Moulinsart ou chez Casterman. Nick Rodwell a seulement parlé d'un essai de "Soviets" colorisé (ce serait moche, quand même, non ?).

Le scénario de Greg n'est qu'une des multiples pistes qu'a connues le projet "Thermozéro".
Par ailleurs, l'argument selon lequel le "Thermozéro" ne devrait pas être repris parce qu'Hergé l'avait lui-même rejeté ne tient pas : il n'aurait pas été davantage d'accord que l'on ponde un scénario original. Donc c'est kif-kif. Mais je pense que les participants au débat ont évoqué ces aventures inédites juste pour dire "On pourrait commencer par les projets existants".

Enfin je ne suis pas contre un album qui entrerait dans la collection dont le premier tome est "Le Soviets (intégré en 1999) et le dernier "L'Alph-Art" (dans sa version 2004), et qui reprendrait, inachevés, "Le Thermozéro", "Un jour d'hiver dans un aéroport", etc.
Car après tout, on a fait de "L'Alph-Art" le 24e album, alors qu'on ne sait même pas si Hergé aurait conservé le scénario ou non s'il avait pu vivre encore quelques années.
Et comme jusqu'ici, cela n'a été publié que dans des revues ou des albums de luxe, il serait pas mal de les voir dans une édition tout public (et si Casterman en profitait pour retravailler "L'Alph-Art", parce que la maquette est assez médiocre !).

Sinon, pour ceux qui ont la chance de posséder l'un ou l'autre, replongez-vous, effectivement, dans le tombe VI de la 2e collection Rombaldi (+ le film "Monsieur Hergé" - à l'époque, Peeters pensait que le projet datait d'avant le "Tibet"), dans la revue des ADH d'avril 2003, dans le hors-série du magazine "Lire" (où l'on apprend l'existence d'une version "Stylo soporifique" et d'un projet abandonné de film qui aurait été tourné au Canada), et enfin dans le "Tibet", version "Archives Tintin".
Sans oublier bien sûr la bio et la Chrono de Goddin, cela va sans dire !

Quant à savoir s'il faudrait placer l'éventuel nouveau Tintin au XXIe siècle ou dans les années 50-60, pourquoi se poser cette question : après tout, Indiana Jones n'a jamais vécu des aventures contemporaines de son époque de tournage, mais plutôt sur fond de 2de Guerre Mondiale ou de Guerre Froide, et ça fonctionne quand même !
La solution (car personnellement je ne vois pas l'intérêt de continuer une vraie série Tintin après les Picaros, ça sonnera aussi vide que le truc gaulois chez les Pictes ou aussi faux que les deux anglais septicémiques ou chais pas quoi) serait de confier des one-shot à des grands créateurs de BD, en les laissant en faire ce qu'ils veulent, à la manière de la collection parallèle de Spirou "vu par". Qu'ils promènent Tintin dans les Marolles des années '30, ou dans une cyberaventure, peu importe. Du moment que c'est un exercice de style intelligent, et pas de l'industrie. Après tout, pas mal des hommages parus dans le numéro hors-série de "A suivre", en 1983, étaient plutôt sympathiques.
+1
boumlundi 10 février 2014 à 14:12
tu as raison Jacques…pour la parution des planches dans le Monde d'Hergé et autres Rombaldi…ici nous voulions dire publier sous forme d'album!

Pour le surplus, tu ouvres le débat!
+1
langloislundi 10 février 2014 à 13:19
Des pages jamais publiées? ...Euh, du"Monde d'Hergé" de Benoît Peeters paru en 1983, l'année de la mort d'Hergé, au tome 7 de la "Chronologie" de Philippe Goddin sorti en 2011, sans citer quelques autres publications entre les deux, le côté inédit de la chose m'échappe un peu...
Quant à choisir (...peut-être) ce scénario de Greg (mais pas seulement: Hergé lui-même et Jacques Martin y retravaillèrent) pour un (éventuel) nouveau "Tintin", wait and see: mais il serait paradoxal de reprendre une histoire qui inspira si peu Hergé qu'il préféra partir sur d'autres pistes ( laissant ce scénario pour une aventure de "Jo, Zette et Jocko", pour occuper Martin et de Moor,...elle-même finalement abandonnée!). Voila qui ne s'appelle pas du "premier choix" à la boucherie Sanzot!
De plus, faut-il vraiment pour refaire demain (ou après-demain, on ne sait plus trop) du Tintin, le remettre dans l'Europe de la fin des années 50, début des années 60, un monde disparu depuis un demi-siècle auquel les jeunes de moins de 67 ans ne comprendraient rien...ou placer Tintin résolument dans le XXIè siècle?
On voit bien que ceux qui ont mis en avant ce "Thermozéro" dans le débat récent essayent de concilier l'inconciliable: puisque Hergé ne voulait pas (quoi qu'en disent certains aujourd'hui!) que Tintin lui survive avec de nouvelles aventures, essayons au moins ( en tout cas pour commencer ) d'utiliser les projets abandonnés que l'on trouve dans les archives des Studios Hergé: un "Thermozéro", ou encore une histoire dans un aéroport, ou celle du trafic d'animaux, pour finir, pourquoi pas, par ce bon vieux "Alph-Art"! Ainsi aurait-on l'impression de ne pas trahir tout à fait la volonté d'Hergé. Hypocrisie quand tu nous tiens...
+3
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK