Les Cigares du Pharaon

Histoire

Ce quatrième épisode de la série, premier album paru exclusivement chez Casterman (les précédents étaient estampillés Éditions du Petit Vingtième) sous le titre Les aventures de Tintin reporter en Orient, Les Cigares du Pharaon, est sorti à l'automne 1934. Tintin part sur les traces de trafiquants d'opium à travers l'Égypte et l'Inde. Port-Saïd, Le Caire, les pyramides, les tombeaux des pharaons, la mer Rouge, la jungle et ses éléphants... Tintin va vivre des aventures peu banales : il tente d'échapper au poison qui rend fou, rencontre un archéologue extravagant, un Maharadja en danger de mort...

Différentes viariantes pour la première couverture et trois couvertures en tout

La première version était une couverture d'un blanc de neige sur laquelle était collé une petite image. Ensuite, il y eut 3 différentes variantes de la couverture de l'album noir et blanc.

En 1942, Hergé réalisa une des couvertures les plus admirables, qui se démarqua nettement de la première couverture. La première version couleur apparut en 1955 avec une nouvelle couverture.

Casterman

Cet album marque les débuts d'une collaboration qui va se poursuivre bien au delà des destins des protagonistes.

En 1934, Louis Casterman adresse à Hergé une proposition de collaboration qui fixe une redevance de trois francs par exemplaire vendu soit 15% sur le prix fort de vente  -  vingt francs belges  -  jusqu'au 10 000e exemplaire et de deux francs au delà.

Un album innovant

L'album marque un tournant dans la carrière du jeune illustrateur : désormais les histoires de Tintin répondront aux critères d'une intrigue policière baignée de mystère et de fantastique. Pour la première fois, Hergé joue avec le lecteur et l'emmène dans une vision onirique, où Tintin sous l'empire d'un narcotique, se voit en rêve accompagné de Milou. Ils sont momifiés l'un comme l'autre.

Sources documentaires et littéraires

Hergé est un aussi lecteur de romans et d'aventures. Pour alimenter son inspiration artistique, il trouve dans des récits vécus ou fictifs des bribes de scénario. Par exemple, Hergé se serait inspiré des ouvrages de l'illustre M. Jean-Francois-Désiré Capart, né à Bruxelles le 21 février 1877, égyptologue (alias le professeur Bergamotte dans Les 7 Boules de cristal). La scène des sarcophages où Tintin et Milou sont enfermés, flottant sur l'océan pourrait trouver sa source dans le roman de Paul d'Ivoi et Chabrillat, Les Cinq sous de Lavarède. Dans ce roman, le héros est confronté aux mêmes péripéties.

Le dialogue de la vignette A3 page 19 "Si c'est vous qui m'avez dénoncé, sachez que mon bateau est miné. Je le ferai sauter plutôt que de me rendre" s'inspire directement du récit autobiographique de Henry de Monfreid, Les Secrets de la mer Rouge, 1931.

Henry de Monfreid

Henry de Monfreid est l'une des figures marquantes de cette époque : trafiquant de drogue, contrebandier d'armes, pêcheur de perles, c'est un homme peu recommandable... mais qui jouit d'une popularité sans égale, comme en témoigne le succès de ses nombreux livres !

Photographie d'époque d'Henry de Monfreid - Planche 21 de la 1e édition
C03 13 B2 - Document photographique

S'étant embarqué pour Djibouti en 1911, Henry de Monfreid sillonna les mers pendant plus de vingt ans. Il se rendit rapidement compte de l'intérêt du trafic d'armes dans cette région ravagée par les guerres tribales. Il contribua ainsi malheureusement à l'instabilité du Moyen-Orient. Hergé s'inspire de personnages réels pour son casting de papier.

Apparition des agents X33 et X33 bis, mieux connus sous Dupont et Dupond

Dans la version noir et blanc de 1934, les agents X33 et X33 bis pourchassent sans relâche et sans discernement l'infortuné Tintin. Rebaptisés Dupont et Dupond, dans la version couleur reformatée pour l'occasion en 1955, les détectives à chapeau melon font ainsi leurs débuts. Hergé pourrait s'être inspiré d'une photographie de la couverture du numéro du 2 mars 1919 du Miroir . Et, sans doute, de son père et de son oncle, jumeaux parfaits !

Comment identifier Dupond et Dupont ? Dupont arbore une moustache dont les extrémités remontent légèrement, comme la base de la lettre " t ", et Dupond porte une moustache plutôt arrondie comme un " D ". 

Galerie des personnages

A côté des Dupondt, d'autres personnages participent à l'aventure et pour certains font aussi leur première apparition :

- Roberto Rastapopoulos, le plus méchant des méchants, revient après sa brève apparition au banquet à la fin de l'épisode américain.

- Oliveira da Figueira, commerçant portugais, qui dans les albums suivants, aidera à plusieurs reprises Tintin. Il incarne le génie commercial à l'échelle artisanale.

- Allan Thompson qui fait un retour dans l'édition en couleur de 1955, le marin malhonnête complice de Roberto Rastapopoulos.

Placement de produit

Le génie d'Hergé est de faire du placement de produit dans ses propres albums. Une façon originale pour l'époque de faire sa pub ! Dans la première version en noir et blanc, le Cheick Patrash Pasha exhibe un exemplaire de Tintin en Amérique, qui venait d'être mis en vente en 1934 !

On devine la stupéfaction de Tintin lorsque, dans la version couleur, un garde du Cheik Patrash Pasha lui présente une aventure de très loin postérieure à celle qu'il est en train de vivre. La nouvelle version de 1955 permet ce petit tour de passe-passe publicitaire.

Le signe du Kih-Oskh !

Ce signe est le trait d'union qui permet de lier des mondes différents - Égypte, Arabie et Inde- et de donner au récit une relative cohérence. Pour cette icône mémorable, Hergé se serait inspiré du Yin et du Yang.

Un parfum de cinéma

Dans l'édition en noir et blanc, la vedette masculine, idole du public féminin, dont l'entrée est gâchée par Tintin, est clairement inspirée de Rudolph Valentino qui joua dans le film Le Cheikh.

Dans la version couleur, la silhouette de l'acteur correspond plutôt aux canons masculins des années 1940 et 1950. Certains reconnaissent en lui l'acteur américain Gary Cooper.

L'Inde mythique et coloniale

On bascule en Inde à la faveur d'un crash d'avion. Poursuivi, l'avion de Tintin s'écrase en Inde alors que celui-ci tente de semer l'avion qui le suit. Il atterrit au beau milieu de la jungle indienne.

On découvre alors une végétation luxuriante, peuplée d'éléphants... mais aussi de tigres. Le Raj britannique est la dénomination non officielle de la période de domination britannique du sous-continent indien

Vos contributions (30) Contribuer
jacqueshervesamedi 01 mars 2014 à 21:56
A noter toutefois deux petites erreurs:
-Tout d'abord, la dissymétrie entre l'itinéraire de la croisière à bord de l'Epoemo narrée par Tintin et celle tracée sur la carte en première page. En effet, selon la carte, la croisière fait le tour de la Méditerranée avant de croiser Gibraltar, tandis que selon Tintin, l'Epoemo passe le canal de Suez afin d'atteindre les Indes puis Shangai.

====> La carte dans la version couleurs a été reméniée à cause de la fermeture du Canal de Suez intervenu en 1956. Cependant, Hergé avait oublié de modifier le texte qui n'est autre que celui de l'édition de 1934 noir et blanc. Il y a deux versions de la version couleurs : celle avec la carte européenne sans traversée du Canal de Suez et une autre avec le tracé par Aden et l'Arabie.

Quant à Shanghaï, ce n'est autre que la ville où se déroulera Le Lotus Bleu, Hergé ayant envisagé d'envoyer son personnage en Chine après l'Amérique.
jacqueshervedimanche 25 août 2013 à 12:50
Hergé avait déjà pensé à partir de cette aventure à créer un personnage marin qui allait devenir Allan dans Le Crabe aux Pinces d'Or. Le Cap'tain du City Of Doodlecastle dans la version noir et blanc a une façon de parler assez sèche proche de Allan. Un de ses employés ressemble d'ailleurs à son second Tom. Le Capitaine du Boutre aura aussi servi de modèle pour le méchant lieutenant et on peut comprendre pourquoi Hergé avait tenu à intégrer le personnage dans l'édition de 1955.
jacqueshervedimanche 25 août 2013 à 12:46
A noter qu'une tentative de mise en couleurs avait été lancée pour ce récit durant les années 40 avec reprise ou remaniement des vignettes noir et blanc. Hergé avait même mis au point une page de titre spécifique. Il était question de reprendre la couverture plein cadre de 1942. Mais face à la surcharge de travail, Hergé a été amené à reporter la mise en couleurs du récit à 1955, après la parution des deux tomes de l'aventure lunaire.

On note cependant un aspect moderne qui rompt avec l'harmonisation des autres albums précédent le Crabe aux Pinces d'Or et surtout la suite "Le Lotus Bleu " où on a conservé pour réduire les pertes de temps le style d'origine pour les planches 5 à 62.
jacqueshervedimanche 25 août 2013 à 12:04
Un album innovant, avec de nombreuses situations inattendues au fil d'un long voayge en direction de la Chine, ville du Lotus Bleu.
vaisselledimanche 26 mai 2013 à 13:21
Moi j'aime Tintin et Milou , pour moi c'est un des meilleur album d' Hergé.
vava1dimanche 10 février 2013 à 18:01
MON TINTIN PREFERE. Je le trouve vraiment génial. C'est vraiment à partir de cet album que l'on voit que Tintin aurait fait un excellent détective. C'est le premier album où Rastapopoulos apparaît. Il faut remarquer qu'il n'apparaît pas de façon récurrente dans la série. On ne le voit que dans quelques albums. Mais il est incontestablement le pire ennemi de Tintin. L'atmosphère est un petit peu plus étrange que celle des autres albums, je trouve. Mais il n'est pas effrayant.
tomtombmardi 06 novembre 2012 à 14:00
13/20: premiére apparition du monstre de la bd... Rastapopoulos. Tintin méne sa petite aventure en compagnie de mr Cyclone. Cet album marque la premiére apparition de Rastapopoulos mais aussi de Allan.
hellodeluvendredi 18 mai 2012 à 23:57
heu, facile, facile le quizz, ma dernière lecture des Cigares du Pharaon remonte bien à 20 ans et pour trouver les réponses...je tire la langue! Vite, il faut tous les relire!
tintindu1999mercredi 04 avril 2012 à 14:38
vous parler de quelle livre ??? moi je les est tous lu et j'ai regarder tout les film de tintin !!! il son super cool je les adore
abdeloumercredi 07 mars 2012 à 15:10
j'aurai voulu qui soit plus long parce que je l'ai lu en 30 min
asdewqvendredi 17 février 2012 à 00:54
quand je le lis je le trouve court
hadock55000jeudi 26 janvier 2012 à 18:58
C'est le meilleur !
hadock55000jeudi 26 janvier 2012 à 18:57
Trop bien !
alexridersamedi 10 décembre 2011 à 23:10
Un excellent album! Le dessin est très abouti et l'on note l'apparition d'une ambiance nouvelle, à la fois dramatique et mystique avec une pointe de psychédélisme lors de l'évanouissement de Tintin. Une formidable première partie qui sera suivie d'un "Lotus Bleu" tout simplement épique!
A noter toutefois deux petites erreurs:
-Tout d'abord, la dissymétrie entre l'itinéraire de la croisière à bord de l'Epoemo narrée par Tintin et celle tracée sur la carte en première page. En effet, selon la carte, la croisière fait le tour de la Méditerranée avant de croiser Gibraltar, tandis que selon Tintin, l'Epoemo passe le canal de Suez afin d'atteindre les Indes puis Shangai.
-La deuxième erreur se situe lorsque Tintin s'intercale au beau milieu d'une prise de vue pour le film "Haine d'Arabe" produit par Rastapopoulos: lorsque Tintin chasse les deux brigands, on peut noter que Milou est à leur trousse, puis vignette suivante lorsque Tintin se fait sermonner par le réalisateur, Milou est aux pieds de son maitre. Enfin à la vignette suivante, on peut noter que Milou rejoint son maitre, un morceau d'étoffe bleue à la gueule. Ainsi, Milou ne pouvait se trouver aux pieds de Tintin à la vignette précédente, car il était bel et bien aux trousses des deux bédouins.
jef26lundi 24 octobre 2011 à 03:03
C'est chouet
elodie6dimanche 11 septembre 2011 à 16:23
il est genial
fnunovendredi 02 septembre 2011 à 17:47
Its the first album that I read some years ago and I love it.
tintinethugdimanche 17 juillet 2011 à 20:04
La première rencontre de Tintin avec son ennemi de toujours : RASTAPOPOULOS ! On ne se sait pas encore vraiement qui il est ! On imagine pas que ce personnage finira avec les extra-terrestres, dans une soucoupe volante ("Vol 714 pour Sydney"). A ce moment là, les aventures de Tintin étaient encore... normales... enfin, il n'y avait rien de surnaturel, ni de trop fantastique dans ses histoires ! C'est aussi dans cet album que vont apparaître, pour la première fois (à part dans la première case de "Tintin au Congo", en couleur), nos amis les Dupondt !
En ce qui concerne l'album , je le trouve vraiment agréable à lire, à regarder. Ce qui me plait toujours dans les albums de Tintin, ce sont les dessins, les couleurs, et tout ça, je le retrouve, bien sûr, dans "Les cigares du pharaon" ! J'aime aussi le suspence qui règne à la fin de l'histoire.
merliahvendredi 15 juillet 2011 à 18:53
j ai adorer cest l une de mes album preferer
chaddocklundi 04 juillet 2011 à 19:38
cest vraiment unw de mes preferer mes il aurais du rester en egypte toute la bd
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 10 caractères.
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation (si vous ne le recevez pas vérifiez qu'il n'est pas dans les courriers indésirables).

Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK