Les Bijoux de la Castafiore
5 questions
Bravo ! Vous avez fini le Quiz !
Vous avez 3 bonnes réponses
Votre score : 50 points.
OK
Question n°1/5
De quel style sont les meubles de la chambre occupée par Bianca Castafiore ?
De style Louis XIII
De style Louis XV
De style année 60
Question n°2/5
Quel cadeau la Castafiore doit-elle envoyer à Nestor ?
Une rose blanche
Un pendule
Une photo dédicacée
Question n°3/5
De quelle matière est fait l'escalier principal du château de Moulinsart ?
De marbre
De bois
De pierre bleue
Question n°4/5
Quel est le nom de l'hebdomadaire italien qui, un jour, a manqué de respect à madame Castafiore ?
Tempo di Roma
Paris-Flash
Le Soir
Question n°5/5
Qui est le voleur de l'émeraude de la Castafiore ?
Un chat
Une pie
Un faucon
LES BIJOUX DE LA CASTAFIORE
Les joueurs des 30 derniers jours
Pour figurer dans le classement vous devez être inscrit à Tintin.comJe m'inscris avant de jouerJe joue sans m'inscrire
Vos contributions (77) Contribuer
jacqueshervejeudi 25 juillet 2019 à 15:37
Concernant monsieur Boullu, la mauvaise foi est largement prouvée. Surprenant que le capitaine Haddock n'ait pas remarqué sa présence au sein de la fanfare venue au château... Cependant on notera que le capitaine Haddock s'oppose à ce qu'on offre du champagne aux membres de la fanfare ....et que c'est la Castafiore qui a eu le dernier mot (son autorité passe au dessus de celle de ses hôtes dans le récit).
Pas mal conçue la vignette où le bandeau circonstanciel mentionne '' Quelques verres plus tard''.
nicnollundi 18 février 2019 à 16:46
"L'Affaire Boullu" ... ou "comment" on parvient à être "absent" ... tout en étant là !!!

D'une part, les "promesses" (et les "excuses") jalonnant l'album (je reproduis un extrait de mon intervention du 06 janvier 2015) :

1) 5-II-2b, 3 : "surchargé de travail", il promet de venir à Moulinsart "le lendemain, à la première heure" ... "Vous pouvez compter sur moi, Monsieur" ;
2) 20-I-1 : "le lendemain" : il a dû "terminer une pierre tombale" ... c'était "urgent" ... et il promet d'être à Moulinsart "le lendemain ... à la TOUTE première heure ... sans AUCUNE faute" ;
3) 26-I-1, 2 : "trois jours ont passé" : c'est Mme Boullu (tout aussi "endormie" que son mari) qui répond ... Boullu est "parti depuis le matin" (lors que, sur la même vignette, on peut le voir derrière elle en train de lire "Paris Flash" d'où ... le télégramme de "félicitations" qui va suivre) ... elle "n'est pas au courant" et ... le lui dira "sans faute" ;
4) 41-I-3 : "trois jours ont (à nouveau) passé" : Boullu répond : il y a eu "un mariage : la fille de ma belle-sœur" et il promet "d'être sur place" ... le lendemain ... Si, si, sans AUCUNE faute ... c'est promis" ;
5) 57-II-3 : "trois semaines ont passé" : il y a eu "les congés payés" ... puis "la grippe" ... et il annonce sa venue non pas "demain" mais "tout au début de la semaine prochaine" !!! Ayant raccroché, il prend à témoin sa femme de ces gens "pressés", cause de toutes ces "maladies de cœur" (57-III-1) !!!

Soit, pas moins de CINQ semaines (à partir du jour où Haddock décide de montrer - à Nestor - "comment il faut s'y prendre" - BLC, 5-I-3 -) pour se disposer à venir faire son métier ... ce, sans compter le temps antérieur, impossible à définir, au cours duquel il aura accumulé à l'adresse de Nestor semblables "promesses" et ... semblables absences ... "excusées" !!!

Toutefois, il vient au château (OUI - OUI !), parmi les musiciens de "l'Harmonie de Moulinsart", participer à l'aubade célébrant le (pseudo !) mariage de la Castafiore (personnalité internationale) avec le capitaine Haddock (personnalité "locale" !) : on le distingue de profil, à l'extrême droite de la case BLC, 29-IV puis, TRÈS nettement, de face, en BLC, 30-I-2, durant le ... "bla-bla" du chef de fanfare (il semble bien qu'il s'agisse du ... boucher Sanzot !)... avant que de le considérer, "quelques verres plus tard", en BLC 30-II, aussi saoul que ses pareils !!! Ben oui ... quand on peut s'enfiler un petit coup à l’œil ...

Comment se fait-il que Haddock ne l'ait pas "harponné" au passage ... ?

A l'inverse de Thierry Groensteen ,qui, dans "Le rire de Tintin", estime que "l'exaspérant M. Boullu", paraissant "nimbé d'un certaine innocence bonhomme" est, en quelque sorte, pardonné d'avance, il convent d'estimer que Hergé s'est, à travers le "prisme" du marbrier/trompettiste, "vengé" de la cohorte d'entrepreneurs qui ont mis pas moins de DIX ans à restaurer l'ancienne auberge de campagne dont il avait fait l'acquisition en 1949 ... ainsi qu'en témoigne une lettre à un de ses amis que l'on peut dater de la fin 1949 ou du début 1950 ... Tout particulièrement d'un ardoisier ...

Tous, nous avons eu "notre" M. Boullu ... Pour ma part personnelle, il s'est "incarné" en le négociant, fournisseur et réparateur de poêle à pellets à qui il faut des semaines (voire des mois pour venir faire son métier !) ... sa femme offrant une frappante similitude avec ... Mme Boullu !!!
+2
jacqueshervemardi 19 septembre 2017 à 13:09
Suite imaginée pour l'interrogatoire de Miarka :

Le policier chargé de l'interrogatoire :

Nous avons trouvé dans tes affaires une paire de ciseaux en or appartenant à Madame Bianca Castafiore. Où as tu mis l'émeraude que tu as volée ?

Miarka :

Je vous assure je n'ai rien volé !

Le policier :

Je saurai te faire délier la langue. Sache que je déteste les menteuses !

Miarka en pleurant :

Pitié monsieur le policier ! J'ai trouvé ces ciseaux par hasard ! .... et je n'ai pas volé l'émeraude !

Matteo :

Arrêtez s'il vous plaît. Elle dit la vérité. Laissez la tranquille !

Le policier :

Silence ! C'est la jeune fille que j'interroge pas vous !

(En se tournant vers ses hommes) ''faites sortir Monsieur et tous ses proches afin que nous puissions être seuls pour poursuivre l'interrogatoire.''



Et à Miarka :

''Et maintenant tu vas nous répondre et nous dire la vérité. Tu as participé au vol des bijoux de Bianca Castafiore. Avoue !''

Miarka : Mais puisque je n'ai rien volé !



Le policier :

Puisque que tu refuses d'avouer le vol on va te transférer dans un centre de redressement et là bas on saura te dresser !


Hergé ayant lu Rémi sans famille de Hector Malot où en Angleterre le jeune garçon est accusé à tort d'un vol on aurait pu s'inspirer de ce passage pour dénoncer la façon dont on peut fabriquer les coupables quand la police refuse de croire à l'innocence de personnes réputées chapardeuses.
+1
digorgozolamercredi 16 août 2017 à 16:53
La Castafiore appelle Nestor de toute les façons:
Norbert, Prosper et plein d'autres. Tous sauf... Nestor!
+2
13Gilles13mercredi 16 août 2017 à 02:44
Isidore ...easy et dors
+2
digorgozolasamedi 12 août 2017 à 15:48
Je pense qu'Alonzo Perez et Bada Ramon n'ont pas voulu laisser l'indice car quelqu'un d'autre aurait pu l'entendre...
+2
digorgozolamercredi 2 août 2017 à 19:41
Effectivement, le capitaine Haddock à bien envie de tuer son perroquet ! Mais devant la Castafiore, il n'ose pas l'insulter. Mais le foudroie quand même du regard.
Bada Ramon aussi veut tuer le perroquet de Balthazar. Alonzo essaie de l'arrêté, mais si il avait su que le perroquet aller parler...
+2
jacqueshervesamedi 29 juillet 2017 à 22:40
À noter que le capitaine Haddock manque de peu de tuer le perroquet en lui envoyant un magazine dans sa direction allant jusqu'à faire tomber son perchoir. On se demande si Hergé n'aurait pas lu un roman de la Comtesse de Ségur :la sœur de Gribouille. Heureusement le capitaine n'ira pas plus loin que le personnage du roman de la Comtesse de Ségur bien que ce ne soit pas l'envie qui lui manque.
+1
digorgozolavendredi 14 juillet 2017 à 09:18
Il y vas surtout pour y prendre une coupe de champagne proposée par la Castafiore je crois!
Mais le capitaine n'est pas de cet avis...
+2
jacqueshervejeudi 13 juillet 2017 à 22:13
Trop facile de reporter un rendez vous pour teparer la marche, Mr Boullu! Et pourtant il n'hésite pas à se rendre au domicile du capitaine Haddock en compagnie d'une fanfare dont il fait partie !!!
+1
digorgozolalundi 10 juillet 2017 à 09:51
Bien dommage effectivement, car on ne voit les tziganes que dans 38 cases (en comptant les cases où on voit Miarka sans les autres tziganes). Mais on voit la page "47 bis" dans le dessin animé.

Par contre, Mr Boullu à TOUJOURS des excuses:
-"Il ne faut pas m'en vouloir... J'ai dû terminer une pierre tombale: c'était urgent...
-Oui... Mais il y a eu les congés payées... Et puis j'ai eu la grippe, et...
Même sa femme s'y met!
-Oui... Ah! c'est le monsieur du château... Euh... non, il est parti depuis ce matin...
Alors qu'il est derrière elle! Il est dans 12 cases mais c'est quand même un personnage important... Qui a le temps!...
+2
jacqueshervedimanche 9 juillet 2017 à 11:01
En effet ! Attention à la marche. Seule la Castafiore reste prudente ! Bien dommage qu'il n'y ait pas de page 47 bis où la police essaierait par tous les moyens à faire avouer aux tsiganes le vol d'un bijou.

On imagine quels seraient les propos lors de l'interrogatoire de style en s'adressant à Miarka : ''on a trouvé des ciseaux en or de la cantatrice. Où est l'emeraude? ''

–mais je n'ai pas volé j'ai seulement trouvé les ciseaux !'''dit Miarka en pleurant.

–Avoue ! Sache que je déteste les menteuses ! dit le policier chargé de l'interrogatoire.
+1
digorgozolavendredi 2 juin 2017 à 13:03
ATTENTION A LA MARCHE EN DESCENDANT DU TRAIN !
attention à la quatrième marche en descendant de l’escalier .....

Toujours le même refrain...
+2
jacqueshervelundi 1 mai 2017 à 20:29
Concernant la TV couleurs :

1938 : mise au point du système Delta qui sera utilisé de 1967 à 1976 en France

1953 : apparition de la TV couleurs Aux États-Unis

1956 : système SECAM en France

1967 : seconde chaîne couleurs en France

Invention du professeur Tournesol :

On peut voir derrière un téléviseur classique (sans son tube cathodique noir et blanc)

En Belgique il faudra attendre le début des années 70 pour voir une chaine en couleurs sur RTBF. Si Tournesol explique grosso modo le fonctionnement de son téléviseur couleurs, ce n'est guère évident de reproduire les couleurs réelles vu que tous les programmes sont émis en noir et blanc. Son système ne peut que permettre la colorisation.
+1
marcdusudlundi 16 janvier 2017 à 13:25
Le château l ...La Castafiore... Le Capitaine...Le Professeur... Même Nestor !!!
Le héros Ç est pas Tintin..;-) c est Moulinsart...!
Un album découvert quand j avais 10 ans...
Je voulais pas le lire d un trait pour pourvoir profiter au maximum de chaque bulles...
+2
nicnolmardi 20 septembre 2016 à 09:08
@jacquesherve : Tryphon nous en donne l'explication en BLC, 48-II-3 : "Le principe ? ... Grosso modo, des philtres colorés, disposés entre un appareil de télévision ordinaire et un autre écran ! ..." Plus loin, nous apprenons, en BLC, 58-I-3 qu'il va présenter son "Supercolor Tryphonar" (quel nom, vraiment !) au "Congrès International de Télévision" à Milan ...

Maintenant, ledit "principe" est-il techniquement possible ... ?
+2
jacqueshervemercredi 14 septembre 2016 à 14:35
Supercolor Tryphonar = façon de transformer le noir et blanc en couleurs tout en mettant des couleurs fausses. Comment nos amis peuvent voir un magazine en couleurs alors que les chaînes tv émettaient à l'époque en noir et blanc.
+1
jacqueshervemercredi 14 septembre 2016 à 14:28
Une version moderne de l'opéra de Rossini La gazza ladra.
+1
osbornlundi 4 avril 2016 à 19:40
Album original et fort sympathique, où pour une fois Moulinsart est au cœur de l'action.
+4
jacqueshervelundi 28 mars 2016 à 00:21
Je pense que Hergé aurait pu créer un passage où les services de police mettraient la pression sur Miarka pour l'inciter à avouer un vol vu qu'on avait trouvé des ciseaux sur elle....tout en s'inspirant du passage où le héros de Sans Famille est arrêté par la faute des Driscoll .
+1
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK